CARLOS GHYS

Carlos Ghys est né le 6 avril 1954 à Lisala (Congo belge à l'époque). Avec son frère Luc , il passe les six premières années de sa vie dans le Nord de ce beau pays, leur père étant ingénieur agronome, travaillant pour le gouvernement belge. Bien que très jeune, il se souvient très bien du voyage entre la patrie et le Congo en bateau ou en avion. L'odeur si typique du Diesel sur le bateau et le bruit des hélices des avions Douglas DC 3,6 et 7 sont encore présents à son esprit aujourd'hui. Ici naît son intérêt pour l'aviation.


Cette fascination pour les avions a été renforcée par le fait que l'oncle de Carlos, Guy Ghys, était un pilote Starfighter F104 G dans le célèbre 31e escadron Tiger de la 10e Escadre tactique de Kleine-Brogel. En de nombreuses occasions, lorsqu'un Starfighter, avec son bruit de hurlement typique, a fait le tour à plusieurs reprises au-dessus de l'école de Carlos à Saint-Nicolas (entre Gand et Anvers), il savait que c'était son oncle et le racontait fièrement à ses camarades de classe. Adolescent, à l'occasion de la fête nationale belge, son oncle l'emmène au bout de la piste pour assister au décollage de 24 Starfighters. Ce fut l'une des expériences les plus spectaculaires de sa vie et cela renforça sa volonté de devenir lui-même pilote de jet. Bien qu'après un vol acrobatique difficile en tant que passager dans un SIAI Marchetti SF260 de l'armée de l'air belge, l'optimisme de Carlos a rapidement été tempéré. Plus tard, quand il a dû porter des lunettes, il a été forcé d'abandonner ce rêve de garçon.


Carlos décide de se joindre alors à l'armée de terre et entreprend des études de mécanique de vol à l'École technique royale des Forces aériennes de Saffraanberg (St-Truiden). La base aérienne voisine de Brustem abritait les fameux "Red Devils". De sa classe, Carlos admirait souvent leurs mouvements acrobatiques dans les Fouga Magisters rouges.


En 1983, on lui offre un poste d'officier de maintenance dans un escadron d'hélicoptères. Cette année-là, lui et sa petite famille ont vécu 6 mois dans un petit appartement à Bourges au coeur de la France pour se spécialiser en mécanique d'hélicoptère. De 1983 à 1995, il est affecté au 18e Escadron Light Aviation à l'aérodrome de Merzbrück, au nord d'Aix-la-Chapelle. Passionné d'aviation, Carlos passe de nombreuses heures à bord de l'Alouette 2 et assiste à l'arrivée du nouvel hélicoptère Agusta A109. Il est très fier de dire qu'au cours de cette période, aucune perte d'aéronef ou de pilote n'est survenue en raison d'une défaillance technique, et ce, principalement à cause d'un équipage technique fantastique et de pilotes compétents.


"Mon premier contact avec la course automobile fut une course de Formule 2 à Zolder en mai 1968.

Ce jour-là, ma vie a complètement changé...

Les fans de courses du monde entier savent ce que je veux dire.

Quand je repense à quatre décennies de sport automobile, ce monde fascinant m' a offert des moments inoubliables, m' a permis de rencontrer les gens les plus fantastiques et de me faire des amis dans le monde entier."


Déjà enfant, Carlos était doué pour dessiner. À l'école, il dessinait des croquis dans les albums de poésie de ses camarades de classe. On l'encouragea à fréquenter une académie des arts, mais il fut vite fatigué de dessiner des natures mortes et des vases! Sa première peinture automobile fut une copie d'une scène de course sur un boîtier SCALEXTRIC. Malheureusement, cette belle peinture de John Surtees au volant d'une Cooper-Maserati F1 1966 est perdue, si bien qu'un petit tableau de Pedro Rodriguez dans sa BRM lors du GP néerlandais de 1968 est le premier dessin conservé. Dans les années soixante-dix, Carlos a admiré l'art de Michael Turner, l'un des artistes les plus connus et les plus respectés du sport automobile et de l'aviation. Depuis plus de 40 ans, les peintures de Turner racontent l'histoire de la course automobile internationale. Dans les années 1950, ses dessins ornent le légendaire Steering Wheel Club de Londres et ornent de nombreuses couvertures de magazines et de livres. Dans les années 60 et 70, son travail est apparu sur les affiches officielles pour des courses prestigieuses telles que le Grand Prix de Monaco, Sebring, LeMans, Nürburgring et bien d'autres courses de voitures de sport du Grand Prix et du Championnat du Monde. Au début, Carlos a copié sa peinture de Niki Lauda pendant le GP d'Espagne en 1974. Ce tableau était une copie presque identique mais ne correspondait pas à la manière photoréaliste et détaillée de Carlos. En raison de son temps de travail dans l'armée, Carlos a cessé de peindre jusqu'en 1990, quand Luc lui a rappelé une promesse de lui faire un Rodriguez peinture. C'est ainsi qu'un tableau de Pedro Rodriguez en duel avec Jo Siffert, sorti de l'épingle à cheveux La Source à Spa-Francorchamps en 1971, fut livré. Cette peinture représente aussi les caractéristiques que Carlos utilise dans tous ses tableaux: la recherche de la perfection. Il a repris son amour de la peinture et 1991 est devenue une année record avec quatre aquarelles. Une autre belle œuvre est celle d'Ayrton Senna, peinte en 1992.


Son site est plein de trésors ! : http://www.carlosghys.be



* Duel écossais entre Jim et Jackie au GP d’Italie 1966.

* Le célèbre casque Bel couleur bleu écosse



Contribution de Luc et Carlos Ghys

© Carlos Ghys

© Carlos Ghys

LA PASSION DE L'AVION, DE L'AUTOMOBILE ET DE LA PEINTURE !

JIM  CLARK, GENTLEMEN DRIVER

JIM CLARK

GENTLEMEN PILOTE