Graham Gauld  : écrivain et photographe, né à Edimbourg, en Écosse, en 1934, formé en tant que journaliste,  après le service national dans la Royal Air Force, a rejoint le magazine hebdomadaire Motor World, en tant que rédacteur sportif.


Graham Gault a écrit plusieurs livres sur Jim Clark dont "Jim Clark Remenbered".


Graham Gault écrit :


"...J'ai toujours été très impliqué dans le sport automobile et j'ai été copilote de rallye semi-professionnel pendant treize ans. mais la course automobile était mon véritable intérêt. J'étais un ami personnel proche du grand Jim Clark et le biographe de Clark.


Je suis également biographe du pilote de rallye international écossais Andrew Cowan et du principal pilote britannique de courses d'après-guerre, Reg Parnell et du concepteur de voitures de course John Tojeiro. Parmi les autres livres, mentionnons Ecurie Ecosse et Modena Racing Memories - un enregistrement de mes visites à Ferrari, Maserati, OSCA et Stanguellini de 1957 à 1963.


Avec Hugh McCaig, j'ai contribué à la réforme de la célèbre écurie de courses automobiles Ecurie Ecosse, qui a participé au Championnat du monde des voitures de sport de 1984 à 1990 et a remporté le Championnat du monde C2 en 1986. Plus tard, j'ai écrit le livre définitif sur Ecurie Ecosse et leurs succès.


En 1993, j'ai été invité à Hong Kong en tant que rédacteur en chef fondateur du premier magazine automobile chinois et après deux ans dans l'ancienne colonie britannique, je suis retourné en Europe."


Graham Gault  connaissait bien Jim Clark qui l'a choisi pour écrire sa biographie "Jim Clark par Jim Clark en 1963. Plus tard, Graham écrira son propre livre "Jim Clark remembered", best seller après le disparition  de Jim le 7 avril 1968 à Hockenheim et bien d'autres livres dont certains sur la célèbre écurie Ecosse.


J'ai eu un jour un contact par mail avec Graham Gault qui s'est retiré en retraite dans le sud de la France, je lui demandai son accord pour utiliser ses photos sur ce site et il m'a dit ' Qu'il était toujours surpris de la ferveur que manisfestaient les gens envers Jim Clark autant d'années après sa disparition..."


Je lui ai répondu que Jim était devenu une légende mondiale et que les passionnés de sport automobile se souviendront toujours de lui !


J'ai contacté récemment Graham Gault pour lui demander l'autorisation de créer une page qui lui ai dédiée sur mon nouveau site, il m'a répondu avec gentillesse en me livrant les deux textes très intéressants, ci-dessous, en plus de quelques photos inédites.


Un grand MERCI Monsieur Graham Gault !



GRAHAM GAULT : L'AMI

ET LE BIOGRAPHE

Jim Clark : Souvenirs anciens.


Il est difficile de croire aujourd'hui à quel point un jeune éleveur de moutons du sud-est de l'Écosse, un peu timide et certainement modeste, est devenu l'un des plus grands pilotes de courses que le monde ait connu. Mais il y a cinquante ans, la course automobile était très différente de ce qu'elle est aujourd'hui.


Pour commencer, le mot "sponsor" n'avait pas été inventé en ce qui concerne la course automobile et la plupart des jeunes pilotes arrivaient dans le sport avec de l'argent familial ou hérité pour acheter une voiture.


D'autres, comme Clark, étaient dans une position où, vers l'âge de 17 ans, il avait dû quitter l'école parce que son oncle était décédé et que son père avait hérité de deux autres fermes et qu'il avait besoin de Jim pour en diriger une.


Alors, pour Clark, il a commencé à travailler à la ferme, visitant les ventes de bétail à Kelso, près de chez lui, achetant et vendant des moutons. La voiture que son père lui avait donnée pour conduire était une sportive Sunbeam Talbot MkIII qui marchait bien dans les rallyes de l'époque. Il s'est joint au Berwick and District Motor Club et a participé à quelques rassemblements et événements de gymkhana jusqu' à ce que son ami agriculteur,  Ian Scott Watson, le laisse conduire sa DKW dans une course de voitures de sport en 1957.


J'ai rencontré Jim Clark pour la première fois en avril 1955 et j'ai été immédiatement impressionné par sa conduite. Puis j'ai navigué deux fois pour lui dans des rallyes locaux et c'est là que l'on a réalisé à quel point il était un pilote naturel et rapide. Il était toujours détendu au volant et si vous avez raté un carrefour et que vous deviez aller plus vite pour rattraper le temps perdu, il n' y avait pas de drame, c'était trop facile. Même lorsqu'il courait avec sa Sunbeam dans les épreuves de sprint, il était rapide et pouvait être plus rapide que bon nombre des pilotes de voitures de sport.


Sa maison était une ferme datant de plus de 200 ans, Edington Mains. Il s'agissait d'une maison en pierre typique de l'époque avec des pièces relativement petites. Cependant, Jim était toujours amusé de raconté aux visiteurs qu'elle était hantée par le fantôme d'une dame du 19e siècle qui était morte dans l'une des chambres.


Inutile de dire que Jim en a fait la chambre d'amis. Une fois, j'étais allé à la ferme avec un jeune pilote de course inconnu, Jackie Stewart, pour retrouver Paddy Hopkirk, qui venait de remporter le Rallye de Monte Carlo. Nous avons passé une soirée joyeuse après laquelle Jim nous a dit à Jackie et moi qu'il avait mis l'Irlandais Paddy Hopkirk dans la chambre de la "dame grise".


Mais le lendemain matin, Paddy avait goûté trop de whisky la veille et n'avait pas vu le fantôme de la "dame grise". Cependant, quelqu'un  qui a prétendu qu'elle l'avait vu, fût Hazel Chapman, la femme de Colin  Chapman, quand Colin et elle avaient passé la nuit dans cette chambre. Certes, Jim Clark a toujours affirmé qu'il s'était réveillé une nuit lorsqu'il était très jeune et avait vu le fantôme!


Sur la route, Jim Clark était un pilote tout aussi bon et attentionné, mais lorsqu'il a acheté sa première Porsche, une 1600 Super argentée, il l' a rapidement repeinte en blanc, car il sentait que la couleur argentée dans les jours souvent pluvieux en Écosse rendait la voiture plus difficile à voir pour les autres conducteurs.


Dans sa jeunesse, Jim avait peu d'amies et semblait timide, mais une fois qu'il a commencé à courir, cela a changé.


Lors de sa première visite au Mans pour courir sur une Lotus Elite, son ami, le journaliste automobile français Jabby Crombac, est arrivé avec une superbe blonde et Clark a été fasciné. Il a mis Jabby de côté et, les yeux écarquillés, il a demandé "comment on fait pour avoir des filles comme ça?


Quand Jabby m' a raconté cette histoire, il a ajouté:" .... quelques années plus tard, quand j'ai vu certaines des filles avec lesquelles Jim Clark est arrivé sur le circuit, j'avais envie de lui demander comment il avait réussi à avoir des filles comme ça"!


Pour un jeune enthousiaste d'aujourd'hui, il doit sembler étrange que Clark soit si réservé, mais les choses et les relations étaient différentes à l'époque.


Peut-être la chose la plus impressionnante au sujet de Jim Clark était que la célébrité n'était pas importante pour lui. La réaction de la presse à son accident ayant causé la mort de Wolfgang von Trips à Monza en 1961, n'a pas fait varier sa méfiance envers les journalistes des "journaux à sensations".  Dans le même temps, il a été très utile à un certain nombre de journalistes automobiles qui ont compris ses sentiments. Quand il m' a demandé de l'aider pour son autobiographie, j'ai d'abord refusé car il était devenu champion du monde et j'ai le voyait beaucoup moins, à ce moment là. J'ai suggéré un journaliste de course bien connu qui couvrait la Formule 1 et il a dit:"... non, je ne lui fais pas confiance". Ainsi, Jim Clark pouvait aussi être très têtu et certainement pas souffrir les imbéciles.


Il n' a jamais perdu sa fascination pour les courses et les voitures de course. S'il voyait une voiture dans un paddock qui l'intéressait, il demandait parfois à un propriétaire s'il pouvait  conduire sa voiture. C'était au plus fort de sa passion pour la course.  L'événement le plus mémorable a peut-être eu lieu à Rouen lorsque la course d'ouverture au Grand Prix était pour les voitures historiques. Le pilote écossais, l'honorable Patrick Lindsay, est arrivé avec sa voiture ERA de 1935. Clark a été fasciné par elle et a demandé à Lindsay après le premier entraînement, si Patrick lui permettrait de conduire la voiture. Celui-ci s'arrangea rapidement et Clark partit autour de Rouen dans une voiture alors âgée d'environ 30 ans avec une boîte de vitesses pré-sélectionnées qu'il n'avait jamais utilisée auparavant, et procéda au tour du circuit sans aucun soucis...


Je me souviens donc de Jim Clark comme d'une personne tout à fait ordinaire qui a eu la chance de trouver son talent caché dans une voiture de course,  qui pouvait vivre avec, et revenir à la vie ordinaire sur la ferme entre les courses. S'il n'était pas mort à Hockenheim ce jour-là il y a cinquante ans, que se serait-il passé ou n'aurait-il pas pu se passer à l'avenir?  La prochaine voiture de Colin Chapman était la brillante Lotus 49 et un troisième championnat du monde cette année-là était plus que probable et pourtant les signes étaient là qu'il allait probablement devenir fiancé à une fille qu'il avait rencontré environ un an avant et se retirer de la course. Cependant, toutes ces pensées ont disparu lors d'une journée humide en Allemagne le 7 avril 1968...


Graham Gault

Ian Scott Watson.


Dans toutes les histoires écrites sur Jim Clark, le nom de Ian Scott Watson apparaît toujours car c'est lui qui a prêté à Jim Clark sa DKW Sonderklasse pour participer à sa première course en 1957. Qui était donc Ian Scott Watson? Il n'était pas un homme d'affaires puissant, mais un agriculteur qui cultivait des terres à environ 15 km de la ferme de Jim Clark à Chirnside. Ils étaient tous les deux membres du Club des Jeunes Agriculteurs et tous deux étaient passionnés de voitures. Scott Watson avait commencé à courir dans des rallyes avec une vieille MG, mais a ensuite décidé de construire lui-même une "spéciale" en utilisant un kit fourni par la société Buckler en Angleterre. Quand il l'a vendu  en 1955 avec un autre ami agriculteur, Alan Cury. Cury est devenu trop enthousiaste sur un essai et a roulé avec la DKW donc ,Ian Scott Watson l' a vendu et en a acheté un autre qui était la voiture avec laquelle  Jim Clark a d'abord couru et que Ian  utilisait également  dans les courses locales avant de la détruire. Il l' a ensuite remplacé par sa troisième DKW Sonderklasse, mais c'était le dernier modèle qui était moins compétitif que les précédents.


Une fois que Scott Watson a vu le potentiel de Clark, il a persuadé un propriétaire de garage local, Jock McBain, qui avait formé l'équipe des voitures de course Border Reivers. À l'origine, il s'agissait d'un mélange d'amis, surtout de la communauté agricole, avec une variété de voitures. L'un des premiers membres était en fait le beau-frère de Jim Clark, Alec Calder, qui avait épousé la sœur aînée de Jim.


Maintenant, avec le potentiel de Clark, il a été décidé d'entrer dans les courses nationales et internationales avec une Jaguar de type D. A l'origine, on pensait que Scott Watson serait l'un des pilotes aux côtés de Jim Clark et d'un autre agriculteur, Jimmy Sommervail, mais au cours d'une séance d'essais, Ian Scott Watson s'est rendu compte qu'il n'était pas à la hauteur d'une voiture du genre de la Jaguar  type D et il est donc devenu Team Manager.


Dès lors, il a aidé Jim Clark dans les coulisses jusqu' à ce qu'il rejoigne l'équipe Lotus et engage un chef d'entreprise. Bien que Ian Scott Watson devait prendre un siège arrière en ce qui concerne Jim Clark, affaires ont été concernés, il a continué à être le plus grand promoteur de Clark.


Aujourd'hui, Scott Watson est âgé de 87 ans, a longtemps pris sa retraite et vit seul sur sa ferme, qui appartient maintenant à son frère.


Graham Gauld


JIM  CLARK, GENTLEMAN DRIVER

JIM CLARK

GENTLEMAN PILOTE