MICHEL VERRANDO

Quand tout jeune enfant, Michel Verrando, gribouille sur des bouts de papier les bolides pilotés par des Moss, Clark ou Hill, ses parents ne s’inquiètent pas trop. Après tout, à cet âge là, les lubies disparaissent aussi vite qu’elles naissent, et puis son père issu des beaux-arts et passionné de grands prix doit bien y être pour quelque chose... Pourtant, à l’approche de l’âge adulte, le phénomène a empiré.

La profession qu’il choisit alors : dessinateur publicitaire, lui permet de s’enrichir graphiquement parlant, et d’aiguiser une réflexion souvent gentiment irrévérencieuse envers l’univers automobile.

Gouache, huile, crayons, Michel Verrando ne se cantonne pas à un style ou à une technique, sa passion est si vaste qu’il préfère en explorer à sa façon les innombrables facettes.

Tout est valable, pourvu qu’on y découvre l’anecdote, l’insolite ou la drôlerie.

Ne vous étonnez donc pas qu’un tableau de bord de Bugatti soit riveté à même la toile, que des tranches de pain grillé surgissent d’une Ferrari ou que l’Eagle de Dan Gurney dérape dans une nuée de pixels. Le jury parrainé par la Fondation Maeght a dû apprécier puisqu’il lui remet le premier prix des Arts Mécaniques à Marseille en 1986.

 

Depuis, la Principauté de Monaco lui confie la réalisation de différents timbres consacrés au sport automobile, et ses peintures sont choisies pour célébrer l’hommage à Ferrari (Modene, Italie 1998). Il rejoint le groupe Artist’Auto dans les années 90.

Dernièrement le Classic Team Lotus sous la houlette de Clive Chapman l'intègre dans ses artistes sous license officielle. En janvier 2017, il illustre lors d'une première mondiale à Birmingham toutes les Lotus 49 réunies pour la première fois depuis 50 ans.

 

Bref, à force de jouer et de se déjouer de ce qu’il aime plus que tout, Michel Verrando nous fait rentrer dans son jardin secret, jardin dont on n’a pas toujours envie de trouver la sortie...



*Jim Clark sous le tunnel à Monaco en 1964 : la barre anti-roulis vient de lâcher le privant une nouvelle fois de la victoire sur ce circuit

*Jim et la Lotus en costume de fête

*La Lotus 49 et les casque des pilotes qui l’on conduit

*Jim sur l’Aston Martin au Tourist Trophy 1961 et sur la Lotus Cortina en course de Tourisme

*Striptease d’une Lotus 25 ! Dessin artistique sur ordinateur... Beaucoup de temps, beaucoup de passion et un résultat étonnant !

*Le pipe-show (d’admission) continue avec 3 nouveaux dessins des Lotus 18, 21 et 43 : beaucoup de talent et de travail, la saga continue...

*JIm Clark cours vers son 1er titre de Champion du Monde, dans son style épuré, sur la Lotus 25 à Monza en 1963

* Enveloppe avec timbre à l'éffigie de Jim Clark pour la Principauté de Monaco


Allez visiter son tout nouveau site internet : http://www.art-auto-verrando.com




Contribution de Michel Verrando

© Michel Verrando

JIM  CLARK, GENTLEMEN DRIVER

JIM CLARK

GENTLEMEN PILOTE